22.1. –– 29.1.2020
Solothurner Filmtage
Abschied von Bruno Ganz

Bruno Ganz était l’un des tout grands, un acteur de classe mondiale, il était simplement «bigger than life». Avec la disparition de Bruno Ganz, le cinéma suisse et le cinéma européen perdent un artiste particulier, intransigeant et courageux, et un ami cher et modeste. Grâce à son répertoire d’une incroyable étendue, il a régulièrement réussi à nous faire sourire, à nous arracher des larmes et à nous amener à réfléchir. J’ai toujours été ravie que l’ouverture des Journées de Soleure ait été un rendez-vous à ne pas manquer dans son agenda surchargé.

En 2005 les Journées de Soleure ont dédié une rétrospective au grand acteur. La liste des films pour lesquels nous lui avons exprimé alors notre reconnaissance s’est encore beaucoup allongée par la suite. Elle nous fait prendre conscience de l’extraordinaire artiste qui nous a quittés. Dans le même temps, elle nous réconforte; grâce à ses films, il restera à jamais dans notre mémoire collective.

Les jeunes et les moins jeunes garderont le souvenir de Bruno Ganz interprétant le rôle du grand-père dans «Vitus» de Fredi M. Murer ou dans «Heidi» d’Alain Gsponer. Mais d’autre films, «Dans la ville blanche» d’Alain Tanner, «Der Erfinder» de Kurt Gloor, «Giulias Verschwinden» de Christoph Schaub et «Pane e tulipani» de Silvio Soldini, sont aussi impensables sans l’exceptionnelle présence à l’écran de Bruno Ganz. Bruno Ganz faisait aussi partie des meilleurs dans le cinéma international. Avec Wim Wenders, il a créé notamment le classique «Himmel über Berlin» et son interprétation de Hitler dans «Der Untergang» est une date dans l’histoire du cinéma. Sa quête infatigable de vérité a marqué des générations de réalisateurs. Je l’en remercie du fond du cœur, de même que de son humanité.

Seraina Rohrer, 21. Februar 2019